Les missions du ministère

Le tout premier ministère camerounais en charge de la politique culturelle a été créé en 1968, sous le nom de Ministère de l’Education, de la Culture et de la Formation professionnelle. Le Ministère de l’Information et de la Culture est créé en 1975 et est remplacé en 1992 par celui de la Culture, qui prend son nom actuel en 2011. Le Ministre des Arts et de la Culture nommé le 04 Janvier 2019 par décret présidentiel du Chef de l’Etat Paul BIYA est responsable de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de promotion et de développement artistique et culturel.

Les missions principales de ce département ministériel dont j’ai la charge sont ;

  • Le développement local et la diffusion des arts et de la culture
  • La valorisation des sites et monuments historiques
  • La protection, la conservation, l’enrichissement et la promotion du patrimoine culturel artistique et cinématographique
  • La promotion de la création artistique et culturelle
  • La promotion et suivi de la diffusion des œuvres d’art et cinématographiques en relation avec les administrations concernées
  • Le suivi des activités du ballet national, de l’orchestre national, du théâtre national
  • La promotion de la cinématographie et des arts dramatiques
  • La promotion et l’encadrement professionnel des artistes
  • La promotion et la supervision des grands évènements culturels
  • Le suivi des activités des structures nationales de gestion collective du droit d’auteur et des droits voisins du droit d’auteur.

Le Ministère des Arts et de la Culture a comme grand projet parmi tant d’autre, la structuration du mouvement artistique et culturel. Avec la promulgation de la loi du 20 juillet 2020 régissant les associations artistiques et culturelles au Cameroun, Il y’aura la mutation des pôles en fédérations (24)

L’opérationnalisation de l’Institut National des Arts et de la Culture (INAC)

‘Le Gouvernement en adoptant la stratégie nationale de développement 2020 – 2030 (SND30) a permis au sous–secteur arts et culture de migrer dans le secteur des industries et services. Les arts et la culture sont désormais considérés comme vecteurs de production des richesses de croissance et d’emplois’’.         

                                             Bidoung Mkpatt